La plupart des peuples de l'antiquité ont personnifié et divinisé les vents. Les orientaux les représentaient généralement sous la forme de génies fantastiques. Les grecs en faisaient des génies ailés. Les vents étaient soumis à l'empire d'Eole qui les tenait prisonniers dans les îles eoliennes ou qui les déchaînait sur ordre de Zeus ou de Poséidon.

EOLE   Fils d'Hippotes, dans l'Odyssée, il habite une île flottante; il y reçoit Ulysse, et lui fait cadeau d'une outre merveilleuse dans laquelle étaient enfermés tous les vent contraires à sa navigation. Mais pendant le sommeil d'Ulysse, ses compagnons poussés par la curiosité, ouvrirent l'outre et laissant ainsi s'échapper tous les vents qui déchaînèrent une série de tempêtes.

Les 4 vents sont étroitement attachés aux saisons :

Borée Vent du nord incarne le souffle froid de l'hiver ;

Zéphyr Vent d'ouest incarne les brises légères du printemps ;(Dans l'Iliade, Zéphyr est un vent violent ou pluvieux. Plus tard on le considéra comme un vent doux et léger, une brise tiède qui amenait la fonte des neiges).

Notos Vent du sud  incarne les tempêtes de pluie de la fin de l'été ;

Euros Vent de l'est incarne les tempêtes de l'automne.